Episode ( 1 )

Première partie : l'introduction

     Louanges à Allah Qui a descendu le Livre et la sagesse sur Son Messager, et qui les a utilisés comme évidence sur les serviteurs, et qui a garanti leur exactitude et préservation. Celui qui les suit sera guidé et celui qui s'en écarte sera égaré.

Et je prie, salue et demande la bénédiction à l'esclave d'Allah, et Son Messager le véridique et le digne de confiance, notre Prophète Mohammed envoyé comme miséricorde pour les deux mondes, et sa famille et compagnons et tous ceux qui les ont suivi correctement jusqu'au jour de la résurrection.

     Nul doute que la sounna prophétique est essentielle en pararllèle du Coran. Elle est son pilier essentiel sans laquelle il ne serait pas possible de comprendre le Coran et d'être bien guidé.

     Etant donné l'importance de la sounna, son autorité religieuse et son rôle essentiel dans la construction de la pensée Islamique et d'une pensée indépendante pour la communauté musulmane. Surtout lorsqu'on assiste aux attaques et les complots continus des ennemis de la communauté de l'intérieur et de l'extérieur, et leur volonté de détruire la personnalité de la communauté. Leurs tentatives de dévier la communauté de la guidé prophétique sont nombreuses et insatiables. Ils cherchent à éteindre la lumière prophétiques et ses jugements religieux authentiques. Ils essayent parfois de réfuter l'autorité de certaines formes de la sounna, d'autres fois en affirmant que la sounna n'éclaircit pas le Livre et donc que les gens ne sont obligés de se soummettre au jugement prophétique, d'autres fois en accusant à tord d'injustice ceux qui ont préserver la sounna parmi les premiers et les derniers et d'autres fois en prétextant qu'il n'est pas nécessaire de suivre obligatoirement la sounna qui ne serait que conseils et orientation en se basant sur les moindres doutes et quelconques allégations.

     D'autres ont estimé qu'il fallait remettre la sounna dans son contexte et savoir à quelle occasion elle a eu lieu afin de savoir si vraiment elle prouve ce qu'on essaye de lui faire dire. Puis si le hadith prouve un jugement qui n'est pas dans le Coran alors ils ne l'acceptent pas. Et pour eux, il est indispensable de soumettre la sounna à leur réflexion. Si cette dernière confirme le jugement de la sounna alors ils l'acceptent ou sinon il est rejeté et délaissé.

     Ces derniers ont oublié que c'est Allah dans le Coran qui a décrété que la sounna fait autorité et qu'il est comme le Coran une source de jugements. Or si elle est ainsi on ne peut dire 'pourquoi et comment'. Mais au contraire le croyant doit accepter et se soumettre avec un cœur apaisé et acquis au jugement prononcé, puis le suivre et le mettre en application1.

     Ces gens, par leur attitude ont opprimé leur être et les autres. Ils ont refusé et enjoint les autres à refuser. Au lieu d'être des sujets ils sont devenus des législateurs qui font leur propre loi car ils ont refusé la sounna et l'ont remise en question. Ils ont refusé la religion et accepté les inspirations du diable maudit, et nul doute que ceci est l'égarement incontesté.

     Allah dit : « Il n’appartient pas à un croyant ou à une croyante, une fois qu’Allah et Son messager ont décidé d’une chose d’avoir encore le choix dans leur façon d’agir. Et quiconque désobéit à Allah et à Son messager, s’est égaré certes, d’un égarement évident. » (Al Ahzab -les coalisés- verset 36).

Allah dit : « Non!... Par ton Seigneur! Ils ne seront pas croyants aussi longtemps qu’ils ne t’auront demandé de juger de leurs disputes et qu’ils n’auront éprouvé nulle angoisse pour ce que tu auras décidé, et qu’ils se soumettent complètement [à ta sentence]. » (Al Nissa- les femmes- verset 65).

Le Prophète - que Dieu le bénisse et le salut - a dit : « celui qui préfère autre -guidée- que ma sounna n'est pas des miens »2.

     "3omar ibn al Khattab" - qu'Allah l'agrée - a dit : « les philosophes sont les ennemis de la sounna, mémoriser la sounna les a épuisé, alors elle leur a échappé et ils ne l'ont pas comprise. Ils ont donc fait en fonction de leur avis et se sont égarés et ont égaré autrui »3.

     La sounna est la clé pour comprendre l'expansion de l'Islam depuis plus de 14 siècles, alors pourquoi ne la serait-elle pas pour comprendre leur faiblesse présente ?

Agir en accord avec la sounna du Messager d'Allah - que Dieu le bénisse et le salut -  préserve l'entité de l'Islam et délaisser la sounna cause la dégradation de l'Islam4.

     La sounna prophétiques sous toutes ses formes, verbales, gestuelles ou d'approbation, ainsi que les caractères du Prophète - que Dieu le bénisse et le salut - trace 'la voie détaillée' de la vie musulmane : la vie de l'individu musulman, la famille musulmane, la communauté musulmane dans un pays musulman.

     Si certes le Noble Coran apporte les piliers d'ensembles, les bases générales et décrit le cadre générale, ainsi que des exemples de certains jugements nécessaires, la sounna détaille ce que le Noble Coran a généralisé, et clarifie ce qui n'était pas clair, et donne une image pratique des commandements du Coran.

     On trouve ainsi dans la sounna, le détail de la croyance en Allah le Très Haut, Ses anges, Ses livres, Ses messagers, le jour dernier, le destin, etc.

     La sounna a aussi détaillé de façon quasi réelle la vie du défunt dans sa tombe et les questions et les épreuvres qu'il devra confronter, la vie paisible ou la punition, les conditions de la résurrection, et l'attente de la grande intercession, le décompte Divin des œuvres et tout ce qui s'en suit des livres personnels, les balances, le pont suspendu au-dessus de l'enfer, et tout ce qu'Allah a préparé comme bienfaits pour ceux qui Lui ont obéit que nul œil n'a vu, ni ouie entendu ou ni cerveau imaginé, et ce qu'il a préparé à ceux qui Lui ont désobéi comme types de châtiments physiques et immatériels.

     On trouve aussi dans la sounna le détail des adorations préscrites et qui sont les joyaux de l'adoration pratique, comme les quatres adorations : la prière, la zakat -l'aumône légale-, le jeûne et le hajj -pèlerinage. Et peut importe qu'elles soient obligatoires comme les cinq prières journalières, la prière du Vendredi de chaque semaine, la zakat obligatoire chaque année ou à chaque récolte, le jeûne du mois de Ramadan chaque année, et le hajj à la Maison d'Allah une fois dans la vie pour celui qui peut ou surérogatoires.

     Si l'on étudie l'obligation de la prière, on voit que la sounna l'a détaillée, ainsi son introduction est la purification, les ablutions, le ghousl -grandes ablutions-, le tayammoum -le sable ou la pierre-, essuyer sur les chaussettes, etc, ainsi que tout ce qui s'y rapporte comme l'adhan -appel à la prière-, l'iqama, la prière en groupe, l'imam, la précision des heures prescrites, le nombres des rak3ats, la description, les piliers, les sounna non obligatoires, ce qui l'annule, éclairer sur les prières obligatoires et celles non obligatoires comme les sounnas avant et après les prières obligatoires, le witr, la prière nocturne, le dhoha, ce qui se prie en groupe ou pas, ce qu'on prie une ou deux fois par an comme la prière du Eid, et ce qu'on prie pour une cause bien précise comme le demande de la pluie, ou de l'eclipse, ou pour un but spécifique comme 'al istikhara' -demande de conseil.

     Et si l'on s'intéresse à la zakat on découvre dans la sounna une description du type de bien qui sont sujets à la zakat, le montant à partir duquel cela devient obligatoire, et le montant qu'il faut donner, et quand elle est obligatoire et sur qui ?

On dit de même pour le jeûne, le hajj, la 3omra, car la sounna a détaillé les règles de chacune des adorations.

     Elles ont pris une grande part dans les livres de la sounna, au point ou elle constitues un quart du livre "Al Jami3 Sahih al Boukhari".

Si l'on ajoute à cela tout ce qui touche aux invocations, les rappels, la récitation du Coran -et nul doute que cela fait partie des adorations-, on se rend compte que la sounna y a donné beaucoup d'importance, et Al Boukhari a conclu son livre avec l'une d'entre elles5.

     On trouve aussi dans la sounna des conseils détaillés du comportement Islamique, que le Prophète - que Dieu le bénisse et le salut - est venu parfaire. Elle inclut les comportements humains sans lesquelles une vie heureuse ne peut être. La sounna l'a d'ailleurs considéré comme une branche de la foi et parmi les qualités du croyants.

     De même qu'elle a considéré l'opposé du bon comportement comme étant des signes d'hypocrisie et les vices des hypocrites. Parmi ces nobles comportements humains, il y a la véracité, l'honnêteté, le courage, la générosité, la pudeur et la loyauté, la gentillesse et la miséricorde, la justice et la bienfaisance, l'humilité et la patience, la retenue lors de la colère, le pardon, le bien envers les parents et les proches, la générosité envers le voisin, la prévenance envers l'orphelin, le pauvre et le voyageur.

     De même, la sounna englobe ce qu'on appelle 'le comportement divin' qui sont les piliers de la vie spirituelle tel que l'amour d'Allah le Très Haut, le repentir envers Lui, s'en remettre à Lui, la sincérité envers Lui, l'espoir de Sa Miséricorde, la peur de Son châtiment, l'acceptation de Son jugement, la patience face aux épreuves, le remercier pour Ses bontés, aimer et détester pour Allah, s'allier avec Ses alliés, l'inimitié envers Ses ennemis, s'éloigner des interdits, et l'abstinence de ce que les gens possèdent, et vouloir ce qu'il y a auprès d'Allah, etc, et d'autres caractères et comportements des soufis véridiques qui ont dit : « le soufisme c'est le bon comportement, et celui qui a un meilleur comportement que toi est plus soufiste que toi ».

     On trouve dans la sounna les détails du comportement Islamique qui a rapport avec la vie journalière de l'individu musulman, et qui se compose du savoir vivre commun et du comportement commun de la communauté musulmane.

     Parmi ceci, les manières de manger et boire, s'asseoire et marcher, saluer et passer le salam, visiter et demander permission, dormir et se réveiller, s'habiller et s'enjoliver, paler et se taire, se réunir et se séparer.

     Le musulman lorsqu'il mange doit dire 'bismi Allah' -au Nom d'Allah-, manger avec sa main droite, manger ce qu'il y a proche de lui, ne pas trop manger, et louer Allah lorsqu'il finit de manger.

     De même, la sounna détaille un certain nombre de comportements communs journaliers qui différencie la communauté musulmanes des autres, tout comme elle confère à l'individu musulman une personnalité propre et indépendante dans son apparence et son intérieur qui lui évite de perdre son identité.

     La sounna explique minutieusement comment faire pour fonder la vie familiale sur des bases solides, et l'organisation en son sein, afin de la protéger de la dislocation en utilisant les moyens appropriés pour la préserver. Tout comme la sounna montre ce que chacune des deux parties doit faire lors d'un divorce. La sounna insiste sur l'importance du bon choix de l'époux et de l'épouse, de la demande en mariage et ses règles, le mariage et ses règels, les droits de l'épouse sur son mari, et de l'époux sur son épouse, les règles du divorce, et de la récupération du mariage, la période post-divorce, le 'ila' -lorsqu'un époux n'approche pas son épouse pendant un certain temps-, le 'zihar' -lorsqu'un homme dit que sa femme est comme sa mère et donc qu'il ne peut plus l'approcher-, les dépenses, le droit des enfants sur les parents, le droit des parents sur les enfants, le droit de la famille proche, etc. Tout ceci se nomme 'la jurisprudence familiale' ou 'état civil'.

     On trouve aussi dans la sounna de nombreuses règles concernant les échanges et les comportement sociaux entre les musulmans, comme les règles de vente et d'achat, le cadeau et le prêt, le partenariat commercial, la location et l'emprunt, le garant et le transfert de dette, la caution et la prépondérance sur les bien communs, la dotation et le testament, les peines et le talion, les témoignages etc, qu'on appelle 'la jurisprudence des échanges'.

     Et la sounna organise la relation entre le peuple et les dirigeants, dans la gestion monétaire et judiciaire, etc, et qu'on retrouve dans les livres de 'politique religieuse', 'd'argent' et d'impôt, etc.

     De même que la sounna gère les relations entres les pays musulmans et non musulmans, en temps de paix et de guerre, et c'est ce qu'on appelle la jurisprudence du 'jihad' et des 'prisonniers'6.

L'iman "ibn al Qayyim" a une très belle parole concernant la guidée prophétique avec laquelle le Messager d'Allah est venue, et dit : « le Messager d'Allah - que Dieu le bénisse et le salut - s'est éteint, sans nous avoir tout enseigné, même un oiseau qui vole dans le ciel. Il leur a tout appris jusqu'à la façon de faire ses besoins, d'avoir des rapports charnels, de dormir, se réveiller, s'asseoir, manger, boire, monter une monture, descendre, voyager, résider, se taire, parler, s'isoler et se mélanger, le riche et le pauvre, la santé et la maladie, et toutes les règles de la vie et la mort. Et il leur a décrit le Trône d'Allah, la Chaise, les anges, les djinns, l'enfer et le paradis, le jour de la résurrection et tout ce qui s'y passe, comme s'il le voyait. Il leur a évoqué leur Adoré et leur Dieu de la manière la plus complète, comme s'ils Le voyaient, avec Ses Attributs Parfaits. Il leur a fait part des Prophètes et leur communauté et ce qui leur est arrivé  comme s'ils étaient parmi eux. Il leur a montré les chemins du bien et du mal dans les détails, d'une façon qu'aucun Prophète n'avait décrit à sa communauté auparavant. Il -salla Allahou 3alayhi wa sallam- leur a évoqué la mort et ce qu'il y a après dans la tombe, et ce qui s'y passe comme bienfaits ou châtiment, sur l'âme et le corp comme aucun Prophète n'a fait. Il leur a enseigné les preuves du Tawhid -l'unicité d'Allah-, de la prophétie, la résurrection, et a répondu à tous les mécréants et égarés. Il leur a expliqué les ruses de la guerre, la rencontre de l'ennemi, et les moyens de la victoire comme aucun n'a enseigné ou pensé, de sorte qu'aucun ennemi ne puisse leur résister longtemps. Il leur a montré les ruses de Iblis -le diable-, et les chemins qu'il emprunte et comment se protéger de ses ruses, et comment repousser son mal.

     Et globalement, il est venu avec la meilleure des religions, la dernière et la plus parfaite. Et Allah ne les a pas orienté vers quelqu'un d'autre que lui, car sa religion est complète, et l'univers n'a jamais connu de plus parfaite qu'elle »7.

 


1. Houjiatou al sounna, p. 13-14

2. Sahih Al Boukhari, chapitre le mariage, sous-chaptire l'incitation au mariage, numéro 5063. Sahih Mouslim, chapitre du mariage, sous-chapitre l'incitation au mariage pour celui qui peut supporter, numéro 1401.

3. Rapporté par Ibn 3abdou al Bar dans son Jami3 Bayan al 3ilm, numéro 1924, 2003, 2005. Al Lalikaai dans Sharh Ousoul al I3tiqad 1/123.

4. Cf. Al Islam 3ala Mouftaraq al Tourouq, p.87.

5.c'est le parole « deux mots très aimés du très miséricordieux, sont légers sur la langue, lourd dans la balance, Hallelujah et de louange, Hallelujah Tout-Puissant.»  ( par Abi Hourayara ).

6. Regarder le livre " L'entrèe dans l'etude de la Sunnah. P ( 63 – 67 ).

7. Ielaam Al – Mouoikkiin  ( notification des signataires ). 

Add comment

Security code
Refresh